Ma passion les livres

Partage de mes lectures

Autre-Monde, Tome 6 : Neverland de Maxime Chattam

neverland

Billet réalisé le 25 janvier 2014

« Au final, c’était une chance tout ce qui leur arrivait depuis la Tempête. Courir partout, se battre, avoir peur, tout ça les occupait, les empêchait de penser et de pleurer sur ce qu’ils avaient perdu à jamais. Les frères, les sœurs, les parents, les amis ».

albin michel

Résumé éditeur :

L’ennemi a détruit le deuxième Coeur de la Terre, séparé Matt, Ambre et Tobias. Alors qu’Entropia et ses créatures monstrueuses poursuivent leur entreprise de destruction, Matt découvre Neverland, la forteresse secrète et mystérieuse des Fantômes, les jeunes rebelles de l’empire d’Oz. L’Alliance des trois arrivera-t-elle à se reformer à temps pour sauver les enfants d Europe ? L’heure de révéler les ultimes secrets d’Autre-Monde approche…

« Une dizaine de cachots s’alignaient dans la pénombre.

Soudain, de l’un d’eux monta une voix chevrotante mais cristalline. Elle chantait. Et Ambre reconnut la mélodie. C’était une chanson inventée à Eden, à l’époque de la guerre contre les Cyniks. Elle l’avait souvent entendue au Salon des Souvenirs, ou bien le soir sur les bords du fleuve. Un air mélancolique et doux qui reprenait toujours la même ritournelle. Brusquement, elle fut incapable d’aller plus loin sans l’écouter.

« Sous la lune et sous l’astre d’or,

Nous allons le pas fier et lourd,

Montrez vos courages et soyez forts,

Car le cœur de nos parents est sourd ».

Le refrain aussi lui revenait en mémoire. Elle prononçait les mots en même temps, du bout des lèvres :

« Que roule le cri de tous nos tambours,

Nous voilà guerriers sans amour ».

Le couplet suivant happa Ambre comme le précédent, l’empêchant de poursuivre sa route. C’était une partie de sa vie que résumait ce chant. Une profonde tristesse l’envahit, surtout maintenant que la plupart de ses amis n’étaient plus là.

« Nous venons comme des fantômes,

Implacables et sans rien lâcher,

Prêts à tuer tous les monstres et les hommes,

Nous sommes tous des enfants gâchés.

Que roule le cri de tous nos tambours,

Nous voilà guerriers sans amour,

Partis nos rêves, partis nos espoirs,

Chut à l’océan et les vents,

Il ne nous reste que le soir,

Chut à l’âge, nous ne serons plus innocents ».

Ambre sentit un sanglot nouer sa gorge. Elle n’avait pas reconnu la voix mais ça pouvait être n’importe qui du Vaisseau-Vie. Plus que jamais elle se devait de sortir tout le monde d’ici. C’était son devoir. Même si c’était la dernière chose qu’elle accomplissait en ce monde ! »

Après la lecture de la passionnante autobiographie de Nelson Mandela, j’avais besoin d’une lecture… plus légère, plus « facile », « détente »… alors je n’ai pas résisté, j’ai replongé dans la saga de Maxime Chattam, Autre-Monde… le 6e tome : Neverland ! Les 5 premiers tomes, je les avais lu dans la foulée, donc pas de problème de souvenirs pour les détails… mais là cela faisait quelques mois que j’avais laissé les Pans sur le navire « Vaisseau-Vie »… et j’avoue que les détails précis m’ont un peu manqué… et Maxime Chattam nous fait peu de flash-back lol

mais bon, très vite, tout revient et le plaisir de retrouver l’univers de Autre-Monde et surtout bien sûr, nos trois héros préférés, l’alliance des trois, Matt, Ambre et Tobias, est là, intact… et c’est reparti de plus belle, on suit avec angoisse, avec espoir toutes les péripéties des Pans confrontés à de multiples dangers. A chaque tome, on se dit qu’on ne pourra plus découvrir des monstres plus affreux, plus méchants… mais si, c’est à chaque fois possible !

Apparemment, dixit Maxime Chattam à la fin du volume, le prochain tome sera le dernier… excitation d’avoir enfin le fin mot de l’histoire, mais quelque part tristesse à l’idée de quitter les Pans… mais bon, on verra… A l’origine, cela devait être une trilogie… lol nous en serons à 7 !

Aux dernières nouvelles de Maxime Chattam lui-même, sortie prévue à l’automne 2016 !!! patience encore….

A lire, à découvrir…

« Matt vit au loin un mont qui surplombait la forêt, le feu grondait sur ses pentes et des ombres couraient entre les flammes. Avec la distance il n’était pas simple de les distinguer, pourtant elles firent frissonner Matt. Des ombres effrayantes, des corps immondes à longues pattes fines, montés par des humanoïdes sans pitié. Les Tourmenteurs sur leurs araignées géantes. Semant la terreur.

– C’est l’un des nôtres, murmura Johnny. C’est un convoi à nous.

Matt serra une branche si fort qu’elle se brisa dans son poing.

– Trop tard, lâcha Johnny, on ne peut plus rien faire pour eux. Ils sont trop loin.

– Même si nous avions pu y aller, ça n’aurait servi à rien, crois-moi, sauf à nous faire tuer. Nous ne sommes pas de taille à affronter les Tourmenteurs. Encore moins quand ils sont plusieurs.

Matt voulut attirer Johnny vers lui pour l’inviter à descendre, mais il s’aperçut que le jeune garçon pleurait en silence. Alors il le prit contre lui, lui passa une main dans les cheveux.

– Je veux rentrer à Neverland, chuchota Johnny d’une voix brisée par les sanglots.

– Bientôt, promit Matt. Tu seras bientôt chez toi.

Et tandis qu’il consolait le jeune Pan, il assista aux derniers assauts des Tourmenteurs, heureux que la distance les préserve des hurlements. Puis il se demanda qui, parmi les survivants du Vaisseau-Vie, venait de mourir ».

url

Lien vers la fiche du livre sur Babélio

http://www.babelio.com/livres/Chattam-Autre-Monde-Tome-6–Neverland/498394

« Ambre était recroquevillée sur elle-même, se tenant les jambes avec les bras. Pendant deux jours elle avait cru mourir. Désespérée, sans plus aucune envie de vivre, elle avait regardé le paysage défiler sous ses yeux indifférents, n’avait mangé sa mixture du soir que parce que Ti’an l’y avait contrainte. Le collier en cuivre qui lui enserrait le cou l’avait psychiquement tuée.

C’était pourtant un simple cordon brillant, fermé par un petit cadenas sur la nuque, mais son pouvoir était immense. Il avait totalement dissous l’altération d’Ambre et pire, il avait également étouffé l’énergie du Cœur de la Terre. Ambre ne sentait plus rien en elle, plus aucune chaleur dans son ventre.

Les Pans portaient tous leur collier, comme une laisse qui anéantissait leur différence ».

« – Toby ! Maintiens le manche du tournevis dans sa bouche pour ne pas qu’il avale sa langue ! ordonna Ambre.

C’était plus facile à dire qu’à faire. Chris s’agitait dans tous les sens, comme s’il était branché sur une prise électrique, un gémissement horrible sortait de sa gorge et ses yeux fouillaient le chœur à la recherche d’aide.

Son regard croisa celui de Tobias et il s’y accrocha.

Tobias y lut un changement, comme si Chris comprenait d’un coup ce qui se passait. Ses sourcils s’abaissèrent, et une lueur passa dans ses prunelles qui devinrent plus douces. Tobias eut la sensation que Chris était apaisé par sa présence. Qu’il réalisait qu’on venait de le libérer et que cela était bon.

Je te donne toute ma force, mec, tout ce que j’ai, tiens bon ! Reste fixé à moi, tu vas y arriver. Reviens parmi nous ! Affronte la souffrance et redeviens un Pan ! Allez !

Les convulsions s’interrompirent aussi sèchement qu’elles étaient apparues. Un long souffle passa entre les doigts de Tobias sur la bouche de Chris et les yeux du Pan s’évanouirent en un instant.

Tobias en était convaincu, quelque chose derrière ces pupilles dilatées venait de bouger et s’était… comme envolé.

Il comprit le premier.

Chris était mort.

Il n’avait pas survécu à l’ablation ».

« Gaspar plongea ses mains dans les poches de son jean et fixa le mince sentier de terre qui courait entre les herbes folles.

– Tu sais que c’est lui qui a inventé les usines à Élixir ?

Matt pivota vers son compagnon. Ce dernier avait le visage tendu, des nuages de sombres pensées couvraient ses traits pourtant séduisants. Matt lui donna une petite tape amicale, un peu maladroite, sur le bras.

– Tu n’es pas responsable de ses actes, rappela-t-il.

– Mais c’est moi qui lui inspire ces terribles inventions.

– Non, c’est le ressentiment qui est son moteur, ne mélange pas.

Gaspar approuva sans joie, ni grande conviction ».

« L’homme qui se faisait passer pour l’empereur, le Buveur d’Innocence, comme l’avait appelé la fille, se pencha et planta ses prunelles dans celles du Maester, et ce dernier se sentit aussi mal que s’il s’agissait de lames. Il pouvait presque les sentir s’enfoncer dans son âme et fouailler dans ce qu’elle contenait pour tout connaître de sa personnalité. Morkovin se sentait à nu.

Les prunelles du Buveur d’Innocence renvoyaient toujours le halo rouge des braises, et soudain Morkovin crut y distinguer des flammes ardentes.

– Ces chers petits anges ne savent pas qu’ils ont le diable en personne à leurs trousses ! dit-il en dévoilant ses petites dents jaunes ».

« – OK, Chen et moi on veut bien aller à l’hôtel des commerces.

Lily calma leur ardeur aussitôt :

– Soyez prudents et méfiants, ici tout se vend et s’achète. Ne signez rien du tout ! Vous pourriez vendre votre âme sans le savoir ! N’entrez sous aucun prétexte dans la Banque des Cendres ! C’est là que se monnaye tout ce qui touche à la mort et à la souffrance.

– Un commerce des morts ? s’indigna Dorine.

– Oui, aux yeux de certains, les cadavres regorgent d’ingrédients pour des décoctions magiques. Mais c’est aussi là qu’on passe des contrats pour assassiner quelqu’un, c’est également un passage vers Basse-cul.

– On s’en tiendra éloignés, pas de problème ! assura Tobias.

– Et quoi qu’il arrive, ne négociez jamais avec quelqu’un qui porte la marque d’Oxxen : un tatouage dessinant deux X imbriqués sur l’intérieur du poignet.

Chen donna un coup de poing dans l’épaule de Tobias :

– Pourquoi tu nous as envoyés là-dedans ? Idiot !

Tania au contraire posa une main sur l’autre bras de Tobias :

– Je viens avec vous. Une présence féminine sera nécessaire pour mettre un peu d’intelligence dans ce paquet de muscles ».

« Mettre le couvercle sur tes problèmes ne les fait pas disparaître mais germer davantage ».

« Non, il n’aimait pas se battre, parce qu’il n’y avait là finalement aucun plaisir, aucune gloire. Les batailles n’étaient que le cimetière où naissaient les fantômes de demain ».

« – Tu veux dire que le royaume des morts c’est l’Internet d’Entropia ?

Ambre approuva :

– C’est son réseau ! Sa toile pour communiquer. C’est logique ! »

« C’est une des premières choses que les adultes se sont remis à produire, expliqua Elora, le vin et la bière. Ils se réveillent amnésiques de leur famille, dans un nouveau monde, mais après quelques mois à peine, leurs champs plantés et récoltés donnent de l’alcool ! Surprenant, non ? »

« Ambre était le monde. Elle était le sens et la matière de la vie. Matt comprit en cet instant que même s’il ne l’avait jamais rencontrée, elle lui aurait manqué. C’était au-delà de la logique, de la raison. Une pure question de complétude ».

« – C’est la guerre, lui dit-il. Ne doute pas de tes gestes, même si c’est pour tuer ces hommes, car la moindre de tes hésitations fera leur triomphe. Eux n’auront pas cette pitié. Mais garde le visage de chacun en mémoire, nous les pleurerons le jour ou la paix sera revenue sur le monde. Si ce jour fait partie de l’avenir ».

3 commentaires sur “Autre-Monde, Tome 6 : Neverland de Maxime Chattam

  1. pachrimaco
    10 octobre 2015

    tiens, ça me dit quelque chose .. HE HE !! bizz ma Véro

    Aimé par 1 personne

    • Lilou
      10 octobre 2015

      lol plein de gros bisous ma Pascalou

      J’aime

  2. pachrimaco
    10 octobre 2015

    tiens ça me dit quelque chose ! HE HE !! bon WE ma Véro et bizz

    J’aime

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :