Ma passion les livres

Partage de mes lectures

Sœurs de Bernard Minier

 

 

« Les romanciers sont des menteurs, capitaine, ils enjolivent, ils extrapolent, ils finissent par prendre leurs mensonges pour la réalité ».

 

 

Résumé éditeur :

Pauvres âmes déchues.

Il a fallu que je vous tue…

Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans, et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d’arbres.

Le jeune Martin Servaz, qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante.

Les deux sœurs n’étaient-elles pas ses fans ? L’un de ses plus grands succès ne s’appelle-t-il pas La Communiante ?… L’affaire connaît un dénouement inattendu et violent, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête, estime-t-il, une pièce manque, une pièce essentielle.

Février 2018. Par une nuit glaciale, l’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée… elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu’à l’obsession.

Une épouse, deux sœurs, trois communiantes… et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ?

Pour Servaz, le passé, en resurgissant, va se transformer en cauchemar. Un cauchemar écrit à l’encre noire.

Peur, soumission, mensonges, manipulation

Le nouveau thriller de Bernard Minier

 

 

 

« Elle s’écarta et vit avec satisfaction la façon dont son regard devenait noir, une noirceur qu’elle avait aperçue dans bien d’autres regards. Une noirceur qu’elle aimait susciter. Elle devina son tumulte intérieur. C’était tellement facile de manipuler les hommes. C’en était presque décevant. Il n’y avait nul besoin d’être belle ni très intelligente. Il suffisait juste de leur donner ce qu’ils voulaient – mais pas trop vite.

Ni trop souvent ».

 

 

Comment vous dire ? Ce livre est tout simplement excellent ! On retrouve avec grand plaisir Martin Servaz, mais ce coup-ci, tout jeune flic, des années en arrière, en 1993 plus exactement. Il débute sa carrière de flic dans un groupe de « vieux » briscards et avec comme chef de groupe, un homme qui en impose, aux méthodes parfois limites, Ko. Sa première grosse enquête est une affaire complexe qui va le marquer à vie : le meurtre de deux sœurs de 20 et 21 ans, retrouvées avec des robes de communiantes aux pieds de deux arbres. Elles sont toutes deux étudiantes, mais surtout fans depuis leur adolescence d’un auteur de roman policier, à l’âme assez noire et vicieuse : Erik Lang. Cette mise en scène macabre est directement inspirée de l’un de ses romans : La communiante. Cette enquête va être dure, éprouvante pour le jeune flic qui n’est pas toujours d’accord avec les méthodes brutales de son chef de groupe et qui sent confusément que la vérité est peut-être ailleurs que dans les conclusions officielles de l’enquête.

25 ans plus tard, on retrouve Martin Servaz, avec son équipe habituelle, le passé qui est le sien que l’on a suivi dans les livres précédents de Bernard Minier, et son fils Gustav qui peu à peu commence à aller mieux, physiquement et psychologiquement.

L’ouverture d’une enquête pour le meurtre de la femme d’Erik Lang, un temps soupçonné dans le meurtre des deux sœurs en 1993, ravive les souvenirs et les interrogations pour Martin Servaz. Se seraient-ils trompés il y a 25 ans ? Les 2 affaires sont-elles liées ?

Passionnant. Il est très agréable et addictif de suivre Bernard Minier qui nous embrouille à souhaits dans les méandres des vies tortueuses de ses personnages et nous emmène sur des pistes secondaires pour encore mieux nous perdre. J’aime beaucoup quand je lis un thriller ne pas trouver la solution, et être étonnée quand je connais le fin mot de l’histoire. Et Bernard Minier est un maître dans cet art subtil. Bravo à lui qui continue à nous maintenir en haleine avec Martin Servaz, flic qui en a beaucoup pris dans la figure, au propre comme au figuré, mais qui est fort attachant je trouve. Je pense que ses aventures ne sont pas terminées. J’attends déjà avec impatience la suite !

Intéressant également, cette histoire de fans absolus d’un auteur de romans policiers permet à Bernard Minier de s’amuser un peu sur ce thème et le développer. J’espère pour lui que ses fans sont plus « dans la norme » que ceux d’Erik Lang !

A lire absolument pour les amateurs du genre.

 

 

 

« Nous mettons tous des mots sur nos émotions, mais ça reste des émotions ».

 

 

Lien vers la fiche du livre sur Babélio

https://www.babelio.com/livres/Minier-Soeurs/1029895

 

 

 

« — Nous sommes tes plus grandes fans, dit Ambre ingénument, en montrant le livre et en serrant sa main chaude.

— Tes plus grandes fans, fit écho Alice avec conviction en étreignant son autre main.

Elles étaient sincères. Elles avaient commencé à le lire à douze ans – des romans pour adultes pleins d’une violence quasi insoutenable, de scènes choquantes et révoltantes, de meurtres, de mutilations. Ce qu’elles aimaient, c’est que les coupables s’en tiraient souvent et que les victimes n’étaient jamais complètement innocentes. Surtout, il régnait dans ses romans une atmosphère décadente ; tous ses personnages étaient mus par des pulsions morbides, des mobiles sordides et des perversions très créatives. Et, bien entendu, il y avait le sexe ».

 

 

 

« Ce soir-là, il se replongea dans la lecture d’Erik Lang. Une fois de plus, il sentit les mots de l’écrivain le prendre et l’emporter vers des territoires où régnaient la nuit et le crime. Une fois de plus, le même sentiment de malaise et de fascination mêlés l’étreignit au fil des pages. Dans la bulle de lumière de la lampe, les mots, les scènes, les personnages sortaient du livre et dansaient une ronde autour de lui ».

2 commentaires sur “Sœurs de Bernard Minier

  1. Jacaranda
    13 mai 2018

    Est-ce qu’il vaut mieux lire ses précédents romans avant d’attaquer celui-ci ? Je n’ai que Glacé en fait et je vois qu’il y a Servaz également.

    J'aime

    • Lilou
      13 mai 2018

      oui il vaut mieux lire toute la série avec Servaz pour bien comprendre et apprécier !

      J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

je lis

%d blogueurs aiment cette page :