Ma passion les livres

Partage de mes lectures

Coupable de Jacques-Olivier Bosco

 

« — Celle-là, elle monte avec moi ! Roger, mets l’autre dans la salle de bains, elle est couverte de boue, faut qu’elle se lave. Et fais gaffe, c’est une fugueuse.

Linda tourne la tête vers Anne-Lise : celle-ci est horrifiée.

— Non, pas la salle de bains !

Mais Roger est un costaud, il la tracte brutalement et disparaît avec elle dans l’autre pièce. Linda entend son amie répéter : « Pas la salle de bains ! », et elle se met à grelotter, alors que l’homme la propulse dans les escaliers.

— Grimpe ! »

 

 

Résumé éditeur :

Internée à l’adolescence parce qu’elle souffrait de troubles psychologiques, Lise s’est liée à des filles avec qui elle a tout partagé, des  » monstres  » comme elle. Et elle a rencontré son double.

Des années plus tard, Lise est lieutenante à la brigade criminelle de Paris. Quand elle est amenée à enquêter sur la mort de l’un de ses proches, le passé trouble de sa famille réapparaît. Et les secrets de son enfance refont surface.

Que s’est-il réellement passé lorsqu’elle avait treize ans, dans cette ferme aux murs recouverts de sang ?

Et pourquoi est-elle revenue, celle qu’elle appelait sa « jumelle », son double maléfique ?

 

400 p.

 

 

 

« Lise avait appliqué la Méthode. Elle savait frapper sans tuer, faire souffrir. Des années que cela durait, mais elle ne le supportait plus. Même si ses victimes étaient des bourreaux et des pervers, elle se sentait sale, coupable, et elle ne voulait plus mentir.

Pas à Solveig.

La décision de ne plus employer la Méthode coïncidait avec leur rencontre, mais aussi avec ce qui était arrivé à sa nièce, Jade ».

 

 

 

J’ai dévoré et adoré « Brutale » qui est la première aventure de la lieutenante Lise Lartéguy. J’avais hâte de lire la « suite », et j’ai donc enchainé avec « Coupable ». Et je n’ai pas été déçue car j’ai eu des réponses à des questions qui me trottaient dans la tête en terminant « Brutale ». On en apprend beaucoup plus sur l’enfance et la vie de Lise et on comprend pourquoi elle est devenue ce « monstre », d’où vient cette « bête » qui l’habite. L’intrigue et le suspense sont aussi palpitants et intenses. Je vais juste émettre un petit, mais petit bémol… « Coupable » est un peu moins haletant et fou que « Brutale ». Cela s’explique facilement. Tout d’abord l’effet de surprise n’est plus là. Et puis, de nombreux retours dans le passé nous livrent des réponses, des explications mais cassent un peu le rythme de l’intrigue. D’autre part Lise essaie de se débarrasser de sa violence, de sa folie, décide de ne plus appliquer la méthode enseignée par son père pour combattre sa « maladie » et donc forcément cette folie qui habitait Lise (et le livre) dans « Brutale » est un peu moins présente. Remarquez, quelques personnages sortis de l’enfance de Lise refont surface et la folie, la démence et la violence les habitent ! Ils sont bien « gratinés » si j’ose dire ! Bref, je vous conseille vivement cette lecture. J’ai vu dans de nombreuses chroniques que l’on pouvait lire « Coupable » sans avoir lu « Brutale ». Sans doute, car l’auteur fait quelques petits rappels mais franchement pour bien apprécier les deux romans, il est très préférable de les lire dans le bon sens. Je me suis beaucoup attachée à Lise et à ses copines fliques…. Les reverrons-nous ? J’aimerais beaucoup ! A suivre…

 

 

 

« Elle voyait l’homme chuter et s’écraser comme une merde. Qu’est-ce que ce serait bon !

— Lieutenant Lartéguy ! Bon Dieu !

Lise releva les yeux pour accrocher ceux, vibrants d’indignation, d’Antoine Martignon, substitut du procureur au pôle judiciaire de Paris. Il était planté dans les escaliers, accompagné de Paulette et de Brigitte : ses deux amies et partenaires étaient pétrifiées. Les flics, ses collègues de la Scientifique, les voisins, tous la fixaient du regard, épouvantés. Elle ne sentait même pas le poids de ce con de Georges au bout de ses bras ».

 

 

Lien vers la fiche du livre sur Babélio

https://www.babelio.com/livres/Bosco-Coupable/1026678

 

 

 

« Il tendit le bras, appuya sur la touche haut-parleur en jetant un regard entendu à Lise, et approcha le combiné de son oreille.

— Pierre Boisfeuras à l’appareil.

Une voix traînante répondit :

— Je sais pour notre ami, mais cela ne change rien. Vous êtes toujours deux sur ma liste.

Boisfeuras devint livide. Sa main tremblait légèrement quand il raccrocha. Lise n’avait jamais vu son parrain aussi troublé.

— Qui c’était ? demanda-t-elle.

— Personne, sans doute un de ces hommes dont je t’ai parlé. Des menaces…

— Tu le connaissais.

— Non, je te dis.

Lise se remit à crier :

— Si, je l’ai vu à ton regard ! Dis-moi, parrain, je peux t’aider ! »

 

 

 

« Lise aspire un grand coup et ouvre les yeux, juste au moment où le gros pousse un gémissement. Elle se prend une giclée chaude et gluante en plein visage. Mais elle sourit quand même. Elle a trouvé le morceau : « A Song for the Dead ». La rythmique lourde et frénétique de la guitare électrique s’accorde aux pulsations de ses artères.

Elle se redresse. Le vieux cesse de tirer sur ses bottes : il la regarde, les yeux déformés par la peur. Repliant les genoux, Lise lui balance ses deux pieds dans le visage. Elle se tourne vers le gros, le long et lourd solo de batterie qui lance la chanson déboulant dans son crâne. Il est en train de refermer son pantalon. De ses poignets attachés elle ramasse la barre de fer sur le sol et la lui enfonce dans l’œil gauche.

— Aaaaaaaaaaaaaaaaaah !

Le sang gicle de l’orbite percée. La voix du chanteur entonne son lugubre couplet : « That’s a study of dying ». »

 

 

 

« — Jeanne, vous ne pourrez pas fuir éternellement.

— Si, ma petite Lise, je vais disparaître, et tu sais pourquoi ? Je ne t’ai pas dit en quoi Lucas était chef instructeur ? Cela va te plaire. Il est spécialiste en close-combat, tout comme toi. Maintenant, si tu le permets, j’ai un avion à prendre. Lucas, mon choupinet, tu me rejoins dès que tu as fini ?

La jeune brute se tourna vers sa mère, le regard empli de douceur.

— Oui, mamounette.

Puis il pivota vers Lise. Toute trace de tendresse avait fui ses traits. Il se tassa légèrement, sans quitter Lise des yeux, et de la main droite récupéra un couteau de commando dans une gaine glissée à l’intérieur de sa ranger ».

 

 

 

« Linda répond par un petit sourire moqueur avant de changer de sujet :

— Je suis curieuse de connaître ta maladie, t’as l’air… normale.

C’en est presque vexant. Anne-Lise rétorque :

— Et toi, c’est quoi ton problème ? T’as treize ans et tu veux te faire sauter ?

Linda découpe délicatement un radis en deux avant de le porter à sa bouche. Elle attend d’avoir avalé sa bouchée avant de répondre :

— On est toutes pareilles, on a toutes besoin d’amour. Mais on est différentes. Au début, quand t’arrives ici, tu te dis que non, c’est pas vrai, ce sont les autres qui sont différentes. Tu es là, tu essayes de te montrer, tu crois que tu vas plaire parce que t’es entourée de plus tarées que toi. Mais tu vas vite voir que c’est faux. On nous rejette, on nous déteste, et tu sais pourquoi ? Parce qu’on fait peur. Même toi, Snoopy, je suis sûre que tu leur fous une trouille terrible, aux gens du dehors. Pour l’instant, t’as pas envie de te faire vomir, ou de te scarifier, ou je ne sais pas ce que tu peux faire, mais ça va revenir. On est différentes, c’est la seule vérité, et on nous juge pour ça ».

3 commentaires sur “Coupable de Jacques-Olivier Bosco

  1. Lord Arsenik
    30 mai 2019

    Excellent diptyque, je me suis régalé.
    J’aimerai bien retrouver Lise mais j’en doute…

    Aimé par 1 personne

    • Lilou
      30 mai 2019

      moi aussi je doutais du retour de Lise, vu qu’elle a apparemment réglé ses « problèmes » ! mais sur Facebook l’auteur vient de me dire que « Lise reviendra 🙂 ( She w’ll be back) ! » !! yesssssssss je suis bien contente ! 🙂

      J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

je lis

%d blogueurs aiment cette page :