Ma passion les livres

Partage de mes lectures

Le temps est assassin de Michel Bussi

 

« Il ouvrit le cahier.

Il n’aimait pas ce qu’il allait lire.

Il le fallait pourtant.

Pour nourrir sa haine ».

 

 

Résumé éditeur :

Été 1989. La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Sur cette route de corniche, au-dessus d’un ravin de vingt mètres, une voiture roule trop vite et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère n’ont pas eu la même chance.

Été 2016. Clotilde revient pour la première fois sur les lieux du drame, accompagnée de son mari et de sa fille adolescente. Elle veut profiter de ces vacances pour exorciser le passé. C’est au camping dans lequel elle a vécu son dernier été avec ses parents que l’attend une lettre… de sa mère. Vivante ?

 

624 p.

 

 

 

« – Faut vivre, mademoiselle, avait dit un jeune flic en posant une couverture de survie argenté sur son dos. Faut vivre pour eux. Pour ne pas les oublier.

Elle l’avait regardé comme un con, comme un curé qui parle de paradis. Il avait raison pourtant. Même les pires souvenirs finissent par s’oublier, si on en empile d’autres par-dessus, beaucoup d’autres. Même ceux qui vous ont cisaillé le cœur, ceux qui vous ont rayé le cerveau, même les plus intimes. Surtout les plus intimes.

Parce que de ceux-là, les autres s’en foutent ».

 

 

Ce livre de Michel Bussi est dans ma PAL depuis un moment, comme tant d’autres…. Et quand j’ai vu que TF1 allait diffuser une adaptation de ce roman, je me suis dit, vite, vite, il faut que je le lise avant… car j’aime bien connaître les œuvres littéraires avant leur adaptation. Et puis… je l’ai fini peu de temps après la diffusion de la série sur TF1 dont j’ai lu quelques critiques peu enthousiastes… J’ai juste aperçu quelques images qui m’ont convaincu qu’ils avaient changé la fin… Résultat, je suis ravie d’avoir lu « Le temps est assassin » car c’est un excellent thriller et je ne regarderai pas l’adaptation !

L’histoire se déroule en Corse. Clothilde y revient 25 ans après un terrible accident de la route qui a coûté la vie à ses parents et son frère Nicolas. Elle est la seule survivante de ce drame. Son père était Corse, c’est pourquoi lui, sa femme et ses deux enfants revenaient tous les ans en vacances en Corse. Depuis la jeune fille qui avait 15 ans à l’époque a tenté de se reconstruire. Elle n’a pas remis les pieds en Corse. Elle est devenue avocate, s’est mariée avec Franck. Ils ont une fille de 15 ans, Valou, qui ressemble beaucoup à la mère de Clothilde, Palma, avec qui elle ne s’entendait pas trop.

Pendant ces fameuses vacances, avant le drame, Clothilde, jeune révoltée, tenait un journal intime sur un cahier. Juste avant l’accident, elle l’a laissé sur un banc chez ses grands-parents corses. Elle ne l’a jamais retrouvé après. Mais visiblement il n’a pas été perdu pour tout le monde. Durant tout le roman, les chapitres alternent les extraits du cahier de Clothilde, lu par une personne qui y puise une grande haine (qui ? on ne le sait pas tout le long du livre), et les vacances en Corse de nos jours de Clothilde et sa famille, émaillées de nombreux incidents et retrouvailles avec son passé. Petit à petit, on découvre l’histoire et le drame qui s’est déroulé des années auparavant grâce au journal de Clothilde. Le récit de cette partie-là est très spontané et frais comme celui d’une jeune adolescente. Tandis que le récit de nos jours est plein de doutes, de regrets et de tensions. Clothilde veut connaitre la vérité. Une vérité qu’on lui a cachée et qui gêne beaucoup de monde pour différentes raisons. Qui lui écrit de bien mystérieux messages ? Sa mère ? Serait-elle encore en vie ? Jusqu’au bout l’intrigue nous tient en haleine et on ne finit par comprendre le fin mot de l’histoire qu’à la toute fin… J’ai beaucoup aimé et passé un agréable moment de lecture en Corse que je ne connais pas. Cette lecture donne bien envie d’aller y faire un tour !

 

 

 

« Non ! répéta Clotilde dans sa tête. Quinze ans que je tiens le choc, quinze ans que je joue les démineuses, ma grande, vingt ans que je joue la copine cool, mon Frankie, celle qui ne se plaint jamais, celle qui a le sourire banane, la fofolle, la rigolote, celle qui dédramatise, celle qui recolle les morceaux, celle qui assure, celle qui tient la route, le volant du quotidien, en chantonnant pour que le trajet vous soit moins long. Et je vous demande quoi en retour ? Juste quinze minutes ! Quinze minutes sur vos quinze jours de vacances ! Quinze minutes sur tes quinze ans de vie, ma grande ! Quinze minutes sur nos vingt ans d’amour, mon chéri ! Quinze minutes contre tout le reste, un quart d’heure de compassion pour mon enfance qui s’est ratatinée ici, sur ces rochers qui s’en contrefoutent, qui ont tout oublié et qui seront encore là dans mille ans. Quinze minutes dans une vie, c’est trop demander ?

Ils lui en accordèrent dix ».

 

 

Lien vers la fiche du livre sur Babélio

https://www.babelio.com/livres/Bussi-Le-Temps-est-assassin/832585

 

 

 

« La beauté, c’est un secret. En parler, c’est la violer.

Pour moi, la Corse, c’est ça…

Il faut l’aimer et la laisser en paix ».

 

 

 

« Comment peut-on tromper ?

Tromper celui avec qui on vit. Et vivre quand même ?

Est-ce que l’on trompe quelqu’un parce qu’on s’est trompé soi-même ? Trompé de femme, trompé de vie, trompé de rêves ?

Est-ce que moi aussi, je vais me tromper de vie ?

Est-ce que moi aussi, un jour, je tromperai quelqu’un ? »

 

 

 

« Avec rien qu’un livre ouvert sur une serviette, vous passez du statut de petite-conne-toute-seule-qui-n’a-pas-d’amis-et-qui-se-fait-chier à celui de petite-rebelle-peinarde-dans-sa-bulle-et-qui-vous-emmerde ».

 

 

 

« Saleté !

Je ne peux pas m’empêcher de l’admirer…

De la jalouser…

De la détester.

De haïr ces regards des hommes sur sa poitrine qui défie les lois de la pesanteur.

Je suis mal barrée, même si j’ai une théorie là-dessus. Vous voulez la connaitre ? Apres tout, je ne vous demande pas votre avis, ça va me défouler de vous la balancer ! Sortir avec une fille qui a des petits seins, une fille comme moi par exemple, c’est de l’investissement à long terme. Du garanti trente ans. Un choix qu’on ne regrettera pas après des décennies de couple, alors que les gros seins finiront forcement par décevoir, par déchoir. C’est une évidence, non ? Une évidence mathématique, physique ! En conséquence, même si cette petite bombe de Maria-Chjara a pris de l’avance sur moi, je finirai par la rattraper, à mon rythme, au petit trot.

Suffit d’être patiente.

Haut les petits cœurs, hauts les petits culs, hauts les petits seins !

On en reparle, Chjara ? »

 

 

 

« Palma Mama n’a même pas dit non, elle a juste répondu :

« Si tu veux ».

Pire que tout, comme réponse ! Depuis, elle tire une tête, vous verriez. Elle joue sa rose embocalée, comme celle du Petit Prince. Droite, fière et vexée. Toutes épines dehors.

Ma mère est une fleur terriblement orgueilleuse ».

 

 

 

« Les secrets d’un groupe d’ados sont plus difficiles encore à percer que ceux d’un village corse frappé d’omerta ».

 

 

 

« – La vendetta ? Mon Dieu, qui vous parle de ça ? (Soupir.) Qui parle encore de ça, à part vous, les journalistes ? Les meurtres dont vos colonnes font la publicité sont commis par des bandits, des voyous, des mafieux, pour quelques billets de banque, quelques grammes de drogue, quelques voitures volées. En quoi cela me concernerait ? En quoi cela concernerait un retraité isolé dans sa bergerie, qui ne sait même pas à quoi peuvent ressembler une barrette de cannabis, une prostituée yougoslave ou un carton de minitels tombé d’un conteneur sur le port d’Ajaccio ? La vendetta, mon Dieu, c’est bon pour les touristes qui lisent « Colomba ». (Retour du sourire.) Tout est beaucoup plus simple. Ne touchez pas à ma terre. Ne touchez pas à ma famille. Et alors, je serai le berger le plus pacifique, le plus inoffensif du monde ».

 

 

 

« C’est le grand jour, répéta-t-il en refermant le cahier.

Celui où les témoins doivent avouer… ou se taire à jamais ».

Un commentaire sur “Le temps est assassin de Michel Bussi

  1. Pingback: #PartageTaVeille | 25/09/2019 – Les miscellanées d'Usva

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 25 septembre 2019 par dans Livre, mes coups de coeur, Mes lectures, polar, policier, Thriller, et est taguée , , , , , , , , , , .

je lis

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

%d blogueurs aiment cette page :