Ma passion les livres

Partage de mes lectures

Le Pape, le Kid et l’Iroquois (Bourbon Kid, Tome 6) d’Anonyme

 

« « C’est quoi, ce bordel ? »

Mais l’Iroquois n’était pas d’humeur à offrir des explications. Il tendit la main vers son épaule et sortit l’épée de son fourreau. Tout en maintenant Steven en place d’une poigne ferme, il brandit la longue lame au-dessus de sa tête.

Aussi absurde que cela pût paraître, Diane se demanda si elle n’était pas témoin d’un de ces canulars qui passent dans les programmes de télévision du câble. Ça ne pouvait pas être réel. Ce n’est que lorsque l’Iroquois plongea l’épée dans le dos de Steven que la réalité la frappa. La lame en acier s’enfonça profondément dans la chair avec un abominable bruit de succion jusqu’à ce que la pointe se fixe dans le comptoir, tandis qu’un torrent de sang s’écoulait de la plaie.

Et Steven hurla ».

 

 

Résumé éditeur :

Vous aimez Grease, le Pape et les psychopathes ? La rencontre explosive du Boubon Kid et du tueur à l’Iroquoise…

D’un côté, le Bourbon Kid, tenant du titre de tueur en série le plus impitoyable et le plus mystérieux que la terre ait jamais porté. De l’autre, avec plus d’une centaine de victimes à son actif, l’Iroquois, blouson de cuir rouge, masque d’Halloween surmonté d’une crête, challenger et sérieux prétendant au titre. Le combat s’annonce terrible.

Dans les coulisses : une organisation gouvernementale américaine spécialisée dans les opérations fantômes, une nonne, un sosie d’Elvis, quelques Hells Angels et une cible de choix pour nos psychopathes frénétiques : le pape, en voyage secret aux États-Unis.

Sur la musique de Grease, nous vous convions au spectacle littéraire le plus déjanté de la décennie.

 

576 p.

 

 

 

« Claudia déchira l’enveloppe. Il y avait un morceau de papier blanc à l’intérieur, plié en deux. Elle le sortit et le déplia d’un geste tremblant. Un court message y était écrit à la main.

« Un des clients de ce diner est sur le point de te tuer.

Devine qui ? » »

 

 

Bon, après avoir lu le tout dernier de la série « Que le diable l’emporte », le tome 8, je m’étais promis de rattraper mon retard. Voici déjà une étape de faite avec le tome 6 : « Le Pape, le Kid et l’Iroquois » qui m’a un peu réconcilié avec monsieur Anonyme. Cet opus est beaucoup moins scato que le tome 8. Ouf ! Je préfère quand même.

Cette histoire se déroule essentiellement autour des Dead Hunters, envoyés par scratch (le diable) pour sauver le pape qui serait en danger selon une vision de la Dame mystique. La rumeur prétend que ce serait l’Iroquois qui va l’assassiner lors d’une grande réception. Rodéo Rex, le King et le Bourbon Kid partent donc sur la trace de l’Iroquois, l’un des plus grands tueurs psychopathes. Mais, il faut creuser un peu sur la personnalité de Joey dit l’Iroquois, qui certes est un tueur (quand il met son masque de l’Iroquois, sa personnalité change et il devient un tueur froid et efficace) mais jamais sans bonne raison (selon lui et surtout son mentor) et son histoire personnelle explique beaucoup de choses. Il ne faut pas toujours croire les rumeurs. Est-ce vraiment l’Iroquois qui veut assassiner le pape ? Pas si sûr… Il y a ces anciens des Opérations fantômes qui veulent dérober le Brumalyte, un produit inventé par le Docteur Jekyll pour rendre les soldats invincibles et qui finalement a permis de sauver le pape d’un cancer de la peau. Ce produit « miraculeux » doit être présenté au monde lors d’une grande cérémonie. Cérémonie de tous les dangers puisqu’elle va réunir tous les plus dangereux tueurs du moment. Tout cela sur fond de musique (Grease, entre autres, que j’adore ! Bébé l’un des personnages de cette histoire et qui finira par devenir également un Dead Hunter, doit tenir le rôle principal de Grease, Sandy), de désinvolture, d’amour (Bébé et Joey, Jasmine et Jack), d’amitié (oui il y a de l’amitié entre les Dead Hunters, même si atypique comme toute cette histoire), mais aussi de violence (un peu à la Tarantino comme toujours !). Le cocktail classique maintenant d’Anonyme qui s’amuse toujours autant avec ses personnages assez déjantés. Un bon moment de lecture sans prise de tête et bien rythmé et c’est ce que l’on recherche en lisant cette saga si particulière.

 

 

 

« Scratch envoya une bouteille de Shitting Monkey au King. Il la rattrapa et but une gorgée avant de remarquer le Bourbon Kid dans l’obscurité. « Hey, le Kid, ça roule ? » dit-il en se dirigeant tranquillement dans sa direction.

Rex observa jalousement la scène, furieux de ne pas avoir repéré le Kid assis dans l’ombre aussi rapidement qu’Elvis.

Scratch lui tapota l’épaule. « Rex, sois sympa et apporte son verre au Kid, tu veux bien ? »

Rex prit le verre de bourbon et s’apprêtait à aller les rejoindre, lorsque quelque chose lui traversa l’esprit.

« Dis-moi, Scratch, ce type-là, l’Iroquois, il a une raison de vouloir tuer le pape ?

— Aucune idée, répondit Scratch. Mais je sais qu’il s’est retrouvé en hôpital psychiatrique pour avoir assassiné une nonne, donc il est possible qu’il ait un problème avec la religion.

— Il a tué une nonne, tu dis ? Je suis impatient d’attraper ce connard. » »

 

 

Lien vers la fiche du livre sur Bablio

https://www.babelio.com/livres/Anonyme-Bourbon-Kid-tome-6–Le-Pape-le-Kid-et-lIroquois/761562

 

 

 

« Jack lui arracha le téléphone des mains et examina le visage de l’homme sur la photo.

« C’est Frank Grealish !

— Tu le connais ?

— Où est-ce que tu as eu cette photo ?

— Une des filles l’a prise y a quelques jours. Je lui ai demandé de me l’envoyer.

— C’est impossible, dit Jack, les yeux fixés sur la photo. Ce type est mort il y a cinq ans. » »

 

 

 

« Les paroles de Hopelessly Devoted to You par Olivia Newton-John résumaient à la perfection ce que Bébé ressentait pour Joey Conrad. Aussi fou que cela pût paraître aux autres, son dévouement à l’Iroquois, l’homme qui l’avait sauvée de l’horreur de sa vie de prostituée à B Movie Hell, était sans limites.

Mais chanter cette chanson tout haut devant un public était pour le moins éprouvant. Ils n’étaient pas très nombreux, mais c’étaient des gens importants puisqu’il s’agissait des producteurs de la nouvelle adaptation de Grease pour le théâtre local. Son père, Devon Pincent, était assis avec eux au premier rang, juste sous la scène. Il s’était arrangé pour qu’elle bénéficie d’une audition privée pendant que toutes les autres prétendantes au rôle de Sandy faisaient la queue dans la rue ».

 

 

 

« — C’est un accident, c’est tout, un simple contretemps », dit Bennett.

Munson examina de plus près le corps étendu sur le sol. « Pourquoi il a des boulons dans le cou ? C’est pour ça que vous avez appelé ça le “projet Frankenstein” ? Et pourquoi est-ce que sa peau ressemble à du caoutchouc ? Bon Dieu de merde, qu’est-ce que vous avez foutu ? »

Le docteur Jekyll se leva prudemment.

« C’est le Brumalyte, dit-il. Il s’est fondu parfaitement dans sa peau, comme nous l’espérions, mais il semble que son cœur n’ait pas supporté la procédure. Je pense qu’il a fait un infarctus.

— Brumalyte ? Qu’est-ce que c’est que ce truc ? aboya Munson, furieux. Et vous êtes qui, vous ?

— Je suis le docteur Henry Jekyll. Ravi de vous rencontrer.

— Henry Jekyll ? » fulmina Jack, les dents serrées.

Ça ressemblait à une plaisanterie, et le moment était vraiment mal choisi pour faire des blagues pourries.

« Oui, je suis l’arrière-arrière-arrière…

— Vous savez quoi ? l’interrompit Munson. J’en ai absolument rien à carrer, de qui vous êtes. Parlez-moi du Brumalyte.

— D’accord, répondit calmement Jekyll. C’est un hybride peau-caoutchouc liquide. À la bonne température, lorsqu’il entre en contact avec la peau humaine, il se solidifie comme de l’élastique et se fixe à la peau, qui se transforme en hôte. Elle devient complètement impénétrable. Si le cœur de Frank n’avait pas lâché, nous serions maintenant face au tout premier soldat résistant aux balles ».

 

 

 

« « — Pourquoi d’anciens militaires ? J’imagine que le gouvernement doit aussi en vouloir à ce type.

— C’est pour ça que je pense que l’Iroquois est comme nous.

— Comment ça, comme nous ? demanda Rex en fronçant les sourcils.

— C’est une sorte de justicier. Je l’ai retrouvé en suivant la fille qu’il a sauvée de B Movie Hell, et, croyez-moi, cette nana serait prête à mourir pour lui. Ceux qui essayaient de le tuer, c’étaient des mercenaires, pas des soldats, ni des flics. C’est eux qui veulent assassiner le pape. »

Rex se renfrogna.

« Je dois voir cet Iroquois par moi-même. Et si je sens quoi que ce soit de louche chez lui, je le descends.

— Fais-toi plaisir, dit le Kid. Moi, je reste ici. J’ai d’autres trucs à régler.

— Comme quoi ?

— Je veux découvrir qui est Mozart. » »

 

 

 

« Toutes sortes d’idées se bousculaient dans son esprit, dont la plus dérangeante était qu’il n’avait pas son arme, qu’il avait laissée sur la table de nuit.

Il avança d’un pas hésitant vers la chambre. Mais il n’alla pas plus loin. La porte s’ouvrit dans un fracas et un homme en sortit, armé d’un pistolet braqué sur Munson. Il le reconnut immédiatement. C’était Mozart, l’homme aux mille visages ».

 

 

 

« Frank et Kevin passèrent timidement la tête par la porte. Pour être plus précis, le Bourbon Kid passa leurs têtes par la porte. Il portait un long manteau noir avec la capuche relevée et tenait la tête de Kevin dans la main droite et celle de Frank dans la main gauche ».

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 2 octobre 2019 par dans fantasy, Livre, Mes lectures, polar, saga, Thriller, et est taguée , , , , , , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :