Ma passion les livres

Partage de mes lectures

L’anomalie d’Hervé Le Tellier

 

 

« Mais d’où sort cet avion ? soupire Silveria. Vous avez forcément une théorie, professeur Wang ? Un professeur sans théorie, c’est comme un chien sans puces ».

 

 

Résumé éditeur :

« Il est une chose admirable qui surpasse toujours la connaissance, l’intelligence, et même le génie, c’est l’incompréhension ».

En juin 2021, un événement insensé bouleverse les vies de centaines d’hommes et de femmes, tous passagers d’un vol Paris-New York. Parmi eux : Blake, père de famille respectable et néanmoins tueur à gages ; Slimboy, pop star nigériane, las de vivre dans le mensonge ; Joanna, redoutable avocate rattrapée par ses failles ; ou encore Victor Miesel, écrivain confidentiel soudain devenu culte.

Tous croyaient avoir une vie secrète. Nul n’imaginait à quel point c’était vrai.

 

Roman virtuose où la logique rencontre le magique, L’anomalie explore cette part de nous-mêmes qui nous échappe.

 

336 pages – 20/8/2020

 

Prix Goncourt 2020

 

 

 

« Blake fait sa vie de la mort des autres. S’il vous plaît, pas de leçon de morale. Si on veut discuter éthique, il est prêt à répondre statistiques. Parce que- et Blake s’excuse- lorsqu’un ministre de la Santé coupe dans le budget, qu’il supprime ici un scanner, là un médecin, là encore un service de réanimation, il se doute bien qu’il raccourcit de pas mal l’existence de milliers d’inconnus. Responsable, pas coupable, air connu ».

 

 

Je ne lis pas systématiquement les prix littéraires, loin s’en faut, et encore moins les Goncourt. Mais je ne me l’interdis pas quand ces distinctions éveillent ma curiosité. Et avec « L’anomalie », ça a été le cas. Le titre tout d’abord et les quelques chroniques que j’ai lues ont éveillé ma curiosité, une envie. Et je suis heureuse de l’avoir lu car j’ai bien aimé. Honnêtement je me suis bien amusée par moment et le sujet est vraiment sympa. Il y a à mon avis quelques petites longueurs parfois, mais franchement rien de dramatique. Un autre petit bémol, beaucoup trop de personnages auxquels on peine à s’attacher, j’étais un peu perdue par moment. Mais globalement, je vous rassure, on s’y retrouve néanmoins. Il faut dire que les « héros » de cette histoire sont les passagers d’un avion, un vol Paris-New-York, ainsi que l’équipage. Ça fait du monde. En mars 2021, un airbus en provenance de Paris atterrit à New-York après un vol très mouvementé car il a traversé de grosses turbulences. D’ailleurs, de nombreux voyageurs ont cru leur dernière heure arrivée. Cette peur passée, chacun a repris sa vie. Parmi toutes ces personnes, zoom sur certains : un tueur à gages très méticuleux, un traducteur/écrivain en manque de reconnaissance, une avocate noire très brillante, le commandant de vol qui ne sait pas encore qu’il a un cancer fulgurant, un couple avec une grande différence d’âge, peut être sur le point de se séparer (une mère célibataire monteuse de cinéma et un architecte vers la soixantaine), un jeune chanteur nigérian, etc. Ils vont tous être rattrapés par ce vol bien mystérieux en juin 2021. En effet, ils seront tous emmenés par le FBI sur une base militaire sous embargo. Ils vont vivre alors une expérience aussi incroyable qu’inexplicable. Je ne peux vraiment pas vous en dire plus sans retirer tout le sel de cette aventure étonnante, et tout le plaisir que vous auriez à la lire. A l’arrivée une intrigue pleine de suspense, d’humour et de science-fiction très agréable à lire. La fin est elle aussi, assez surprenante. L’auteur nous bluffe jusqu’au bout. On sent que ce dernier a pris beaucoup de plaisir à écrire cette anticipation insolite au plus grand plaisir de nous, lecteurs.

 

 

 

« – Eh bien, agent senior Gloria Lopez, pour tout vous avouer, le protocole 42 est… comment le formuler…

Adrian Miller boit une nouvelle gorgée d’eau, les mots ne lui viennent pas. Il ne peut tout de même pas leur avouer que c’est juste une méchante blague de matheux qui a déjà coûté un demi-million de dollars au contribuable, rien qu’en comptant les vingt ans où l’État a rémunéré deux farceurs pour porter en permanence des portables blindés qui n’auraient jamais dû sonner ».

 

 

Lien vers la fiche du livre sur Babélio

https://www.babelio.com/livres/Le-Tellier-Lanomalie/1239773

 

 

 

« Le président américain reste immobile, comme sonné. Le mathématicien observe cet homme primaire, et il se conforte dans l’idée désespérante qu’en additionnant des obscurités individuelles on obtient rarement une lumière collective ». 

 

 

 

« Si l’Afrique toute entière est un enfer pour les homosexuels, le Nigeria est son neuvième cercle. Il y a la loi, qui les menace de quatorze années de prison, il y a la police, qui les pourchasse et leur extorque de l’argent, il y a toute une population qui les rejette, avec répugnance et détestation, abreuvée de haine et de rumeurs par les évêques et prêtres évangélistes au sud, et au nord par les musulmans qui appliquent la charia. Pas un jour sans que des jeunes soient assassinés, lynchés, pas un jour sans qu’un chanteur, un acteur, un sportif, la terreur dans la voix, ne doive se défendre d’être gay ».

 

 

 

« Le président américain reste bouche ouverte, présentant une forte ressemblance avec un gros mérou à perruque blonde ».

 

 

 

« – Pensez-vous que nous soyons tous dans une simulation ?

– Je n’en sais rien. Pour paraphraser Woody Allen, je dirais que si c’est le cas, j’espère que le programmateur a une excuse. Parce que le monde qu’ils ont créé est tout de même une sacrée horreur. Quoique, d’après ce que j’ai compris, ce serait justement nous qui le créons tout seul, justement ».

 

 

 

« Envoûté, effaré, il regarde cet autre André, ses rides, ses yeux gris comme un saphir laiteux, ses joues flétries où pointe une barbe blanche et ses cheveux épars ».

 

 

 

« L’espoir nous fait patienter sur le palier du bonheur. Obtenons ce que nous espérions, et nous entrons dans l’antichambre du malheur ».

 

 

 

« Je n’ai jamais su en quoi le monde serait différent si je n’avais pas existé, ni vers quels rivages je l’aurai déplacé si j’avais existé plus intensément, et je ne vois pas en quoi ma disparition altérera son mouvement ».

 

 

 

« Qu’est-ce que ça changerait pour eux, après tout ? Simulés ou non, on vit, on sent, on aime, on souffre, on crée, et on mourra tout en laissant sa trace, minuscule, dans la simulation. A quoi sert de savoir ? Il faut toujours préférer l’obscurité à la science. L’ignorance est bonne camarade, et la vérité ne fabrique jamais du bonheur. Autant être simulés et heureux ».

 

 

 

« – Pensez-vous avoir ressenti le moment exact que certains appellent la « divergence », ou même parfois, maintenant, l’« anomalie » ? — Bien sûr, comme tout le monde dans l’avion. Les turbulences ont cessé et le soleil est revenu dans la cabine. Cette dernière phrase est aussi la définition du Prozac ».

 

 

 

« … la liberté de pensée sur internet est d’autant plus totale qu’on s’est bien assuré que les gens ont cessé de penser ». 

 

 

 

« Il faudrait maintenant que Lucie négocie avec cette autre… aucune des deux n’est prête à s’immoler sur l’autel de ce sacro-saint « équilibre » de l’enfant dont se gargarisent les pédopsychiatres qui n’y connaissent rien. Dans l’amour maternel, l’égoïsme le plus noir combat avec rage la plus étincelante générosité ».

 

 

 

« Pour quitter celui qu’on aime, il faut déconstruire le monde. Joanna June a dû réécrire leur histoire, prendre appui sur des doutes qu’elle avait enterrés, épuiser son attirance pour Aby comme on parvient, en répétant un mot des dizaines de fois, à en assécher le sens ».

2 commentaires sur “L’anomalie d’Hervé Le Tellier

  1. Pingback: L’anomalie, Hervé Le Tellier – Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

  2. Pingback: Mon bilan lecture 2021 | Ma passion les livres

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :