Ma passion les livres

Partage de mes lectures

Vers le soleil de Julien Sandrel

 

« Faut-il être sur le point de perdre un être cher pour se rendre compte de la force du lien qui nous unit à lui ? »

 

 

Résumé éditeur :

Il n’est rien pour elle, mais elle n’a plus que lui…un bijou d’émotion.

14 août 2018. Tess part vers la Toscane, où elle doit rejoindre pour les vacances sa fille Sienna et l’oncle de celle-ci, Sacha. Mais alors qu’elle fait étape chez sa meilleure amie à Gênes, un effroyable grondement ébranle la maison, et tout s’écroule au-dessus d’elle. Une longue portion du pont de Gênes vient de s’effondrer, enfouissant toute la zone. Tess est portée disparue.

Lorsque Sacha apprend la catastrophe, c’est tout leur univers commun qui vole en éclats. Tous leurs mensonges aussi. Car Sacha n’est pas vraiment l’oncle de cette petite fille de neuf ans : il est un acteur, engagé pour jouer ce rôle particulier quelques jours par mois, depuis trois ans. Un rôle qu’il n’a même plus l’impression de jouer tant il s’est attaché à Sienna et à sa mère. Alors que de dangereux secrets refont surface, Sacha sait qu’il n’a que quelques heures pour décider ce qu’il veut faire si Tess ne sort pas vivante des décombres : perdre pour toujours cette enfant avec laquelle il n’a aucun lien légal… ou écouter son cœur et s’enfuir avec elle pour de bon ?

En attendant, il décide de cacher la vérité à la petite fille, et de la protéger coûte que coûte…

 

270 pages – 24/2/2021

 

 

 

« – Sacha, j’ai un travail à vous proposer. Rémunéré, bien sûr.

Elle plante ses yeux dans les miens. J’y décèle une ombre, troublante, singulière, qui s’estompe vite. C’est étrange, cette sensation, alors même que son regard est très bleu. L’espace d’un instant, j’ai cette image de romance bas de gamme qui me traverse : ses yeux sont pareils à des lacs. Ça a l’air idiot dit comme ça, mais ils en ont la couleur et la profondeur, à la fois translucide et opaque, attirante et inquiétante. Elle prend une grande inspiration, puis se lance.

– Sacha, j’aimerais que vous soyez le père de ma fille.

Je la regarde avec des yeux ronds. Et un sourire mi-amusé, mi-lubrique. Elle se rend compte de l’absurdité des mots qu’elle vient de prononcer, et éclate de rire.

– Je suis maladroite, ça n’est pas ce que je voulais dire ! »

 

 

Deuxième roman que je lis de Julien Sandrel et la découverte de cet auteur est agréable. J’ai beaucoup aimé cette seconde lecture, ambiance feel-good comme on dit maintenant, bien écrit, avec un petit suspense, récit parfois un peu tiré par les cheveux mais ce n’est pas bien grave. A l’arrivée un bon moment de lecture. L’histoire s’appuie en partie sur un fait divers dramatique et réel : l’effondrement le 14 août 2018 du pont de la ville italienne de Gênes, le pont Morandi. On suit dans cette histoire la rencontre de Sacha, jeune comédien désargenté et Tess, jeune maman célibataire. Tess fait alors une demande assez incroyable à Sacha qu’elle connaît à peine : en tant que comédien, jouer le rôle d’un oncle, voire d’un père, quelques heures par semaine auprès de sa fille, Sienna, 6 ans, qui n’a jamais connu son père. Au départ assez interloqué par cette proposition, mais déjà sous le charme de Tess et conscient d’une grande fragilité sous cette demande, Sacha accepte. Trois ans ont passé. Sacha s’est beaucoup attaché à Sienna, et vice versa. Quant à Sacha et Tess, ils vivent le début d’une belle histoire d’amour. Ils doivent partir ensemble en vacances dans un gîte en Toscane. Sacha et Sienna partent quelques jours avant Tess qui doit rester sur Paris pour le travail. Elle les rejoindra après. Elle en profite pour passer voir une amie, Francesca, et son fils Livio, qui vivent à Gênes, sous le pont Morandi. Vous l’aurez compris sans moi, Sienna et Sacha passent sans encombre avant le 18 août. Mais Tess se trouve encore à Gênes lors de l’effondrement. Elle se trouve à la cave avec Livio alors que Francesca est sortie de l’appartement, donc sauve. Tess et Livio eux, sont portés disparus, mettant dans l’angoisse Francesca et Sacha. Ce dernier fait tout pour que Sienna n’apprenne pas l’affreuse nouvelle tant que les recherches ne sont pas terminées. Pour connaître la suite, à vous de lire « Vers le soleil ». Ce roman aborde aussi la thématique assez sombre des violences conjugales. Bien que tout ceci paraisse un peu lourd raconté comme ça, c’est un livre lumineux, il porte bien son nom, et les personnages, surtout Sacha et Sienna, pétillent de vie et de petites touches de bonheur. Il y a beaucoup d’amour dans ce livre le tout dans les décors superbes de la Toscane, de Sienne ou de Venise. C’est très plaisant à lire et je vous le conseille vivement.

 

 

 

« Mais, je ne sais pas pourquoi, je reste scotché à ma chaise. À poursuivre cette discussion surréaliste. Peut-être parce que la douleur que je pressens derrière la demande de cette inconnue m’émeut plus que je ne veux bien me l’avouer. Il y a en elle des cicatrices auxquelles je ne peux rester insensible. Comme un écho de ma propre histoire. Je suis bien placé pour savoir que l’on a parfois besoin d’un peu d’aide pour pouvoir regarder l’avenir en face ».

 

 

Lien vers la fiche du livre sur Babélio

https://www.babelio.com/livres/Sandrel-Vers-le-soleil/1289465

 

Note : 4,35/5 (148 notes)

 

 

 

« Inventer un frère, moi, l’enfant unique, le solitaire. Inventer de vrais parents aimants, doux, formidables. Tout ce dont j’ai tellement manqué. Il m’a suffi de l’imaginer. C’est ce que je fais depuis trois ans. Je crois que cela me fait un bien fou, à moi aussi. Mon frère – le père de Sienna – est donc officiellement un grand aventurier avec lequel j’ai fait les quatre cents coups, dont je suis hélas sans nouvelles depuis près de dix ans. Mais le connaissant, il est sûrement en pleine exploration de la jungle amazonienne… »

 

 

L’auteur :

Julien Sandrel est né en 1980 dans le sud de la France et vit à Paris. Son premier roman, La Chambre des merveilles, a connu un immense succès en librairie et obtenu plusieurs prix littéraires, dont le Prix Méditerranée des lycéens 2019. Phénomène mondial vendu dans plus de vingt-six pays, il est en cours d’adaptation au cinéma. Ses deux romans suivants, La vie qui m’attendait et Les Étincelles, ont également rencontré un grand succès.

Le livre de poche

 

 

 

« Je lève la tête, et mon sang se fige.

Le plafond est gonflé. Difforme.

Mon corps se met à trembler. Je panique.

Je tousse, la poussière me fait pleurer, mais je garde les yeux ouverts, obstinément. Je ne parviens pas à détacher mon regard de ces fissures qui courent sur le plafond de béton, à une vitesse vertigineuse.

La pierre émet un gémissement lugubre.

L’instant s’étire, insoutenable.

Mon Dieu, je ne veux pas mourir.

Je pense à ma fille. Ma Sienna. Mon amour. Je ne pense qu’à elle. À nos projets, à notre avenir. À son sourire, il y a quelques minutes à peine. Je pense à Sacha, aussi. À ce bonheur minuscule, incertain, et pourtant si proche ».

 

 

 

« – On peut, mon myosotis.

Elle se hisse sur la pointe des pieds, et dépose un baiser sur ma joue.

– T’es le meilleur, tonton !

– Je sais, je sais…

J’esquisse un grand sourire, que j’espère convaincant.

Sienna s’éloigne. Et moi, je ne parviens pas à empêcher ces quelques phrases de tourner en boucle dans ma tête :

Au moins vingt personnes sont mortes. Sans doute plus. Les recherches ne font que commencer ».

 

 

 

« C’est étrange comme les déchirures s’inscrivent dans les chairs. Il suffit d’un rien pour rouvrir les plaies et nous replonger dans des abîmes de détresse que l’on croyait oubliés ».

 

 

 

« Voilà ce que fait Sacha depuis qu’il est entré dans nos existences : il y ajoute des doses de vie ».

 

 

 

« Il ne faut pas s’empêcher de vivre un amour par peur de le perdre. Sinon on ne vibre jamais. S’autoriser à aimer, c’est construire dans sa mémoire de solides branches auxquelles se raccrocher lorsque tout tangue ».

Un commentaire sur “Vers le soleil de Julien Sandrel

  1. Pingback: Julien Sandrel – Vers le soleil | Sin City

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 22 avril 2021 par dans Livre, mes coups de coeur, Mes lectures, roman, et est taguée , , , , , , , , , .
%d blogueurs aiment cette page :