Ma passion les livres

Partage de mes lectures

Victor Lessard, tome 6 : Jusqu’au dernier cri de Martin Michaud

 

« Un bruit venant du corridor les fit se retourner : une policière en uniforme s’avançait vers eux à pas rapides.

– Vous êtes bien Victor Lessard, du SPVM ?

Il toisa la jeune femme sans se lever de son fauteuil, découvrit des yeux noirs vifs sous le képi orné des armoiries de la Gendarmerie royale du Canada.

– Ça dépend pour qui.

Jacinthe grogna avec un air assorti.

– Sacre-nous patience, OK, la majorette ?

Les deux enquêteurs des crimes majeurs avaient déjà eu maille à partir avec les autorités fédérales. Dans la foulée, ils avaient stoppé une cyberattaque menée par un groupe armé d’extrême droite, exposé deux taupes au Service du renseignement de sécurité et mis au jour le passé de Victor. Depuis, ils voyaient toute interaction avec les autorités fédérales comme étant porteuse de mauvais présages. »

 

 

Résumé éditeur :

Dans une mine de Matagami, un homme retient huit otages après une transaction de drogue qui a mal tourné – trois membres d’un puissant cartel de trafiquants d’opium ont été assassinés. Seule personne à qui le preneur d’otages accepte de parler, Victor se rend sur les lieux à la demande de la GRC, mais rien ne se passe comme prévu. Avec Jacinthe, il se retrouve catapulté sur les traces de l’auteur du triple meurtre. Les deux enquêteurs du SPVM ne sont toutefois pas les seuls à ses trousses ; des hommes de main du cartel le cherchent également sans relâche dans l’espoir de venger les leurs, mais surtout de récupérer la mallette qui était menottée au poignet de l’une des victimes.

Chasse à l’homme effrénée en plein blizzard sur les routes enneigées du Nord-du-Québec, cette sixième enquête de Victor Lessard le plongera au cœur des préoccupations d’un monde en perte de repères et lui offrira l’occasion de réaffirmer le caractère indéfectible de son amitié pour Jacinthe au moment où ils ont le plus besoin l’un de l’autre.

 

304 pages – 18/10/2021

 

 

 

« Le choc le paralysait, mais l’adrénaline reprendrait bientôt le dessus.

Si le corps de Coleman se braquait, sa mémoire se gavait de chaque détail : l’homme assis derrière lui, portière entrouverte ; la menotte à son poignet amputé et sa main échouée sur la route, paume offerte au ciel avec, en arrière-plan, la ligne des arbres. »

 

 

J’aime le Québec et les romans de Martin Michaud fleurent bon le Québec ! Je ne pouvais que le découvrir et aimer beaucoup ses thrillers. D’autant qu’ils sont bien écrits. Dernièrement, une bonne nouvelle est tombée : Le tome 6 des aventures de Victor Lessard et de sa partner (à la Québécoise !) Jacinthe Taillon venait de sortir. J’avais tellement hâte de les retrouver que j’ai dévoré « Jusqu’au dernier cri » en très peu de temps ! J’ai adoré. On les retrouve encore plus complices si c’est possible, inséparables comme les deux doigts d’une main. Et Jacinthe, malgré une santé déclinante, n’a rien perdu de sa gouaille ! Un vrai plaisir ! Alors qu’ils attendent tous les deux à l’hôpital des résultats pour Jacinthe, ils sont envoyés dans le nord du pays en pleine tempête de neige pour une prise d’otages. En effet le preneur d’otages ne veut parler qu’à Victor. Trop contente de ne pas voir le médecin, Jacinthe s’est embarquée avec Victor pour cette nouvelle enquête. Des trafiquants de drogue ont été abattus dans une voiture. Un seul survivant qui semble poursuivi par des complices qui veulent se venger et récupérer une valise a donc pris des otages. Il ne veut avoir comme interlocuteur que Victor car ce dernier est le demi-frère d’Abel qui a été son supérieur quand il était en Afghanistan. Pendant la négociation, le preneur d’otages est abattu. Juste avant de mourir, il confie une mission à Victor concernant sa fille. Tenu par cette promesse Victor Lessard n’aura alors de cesse d’aller au bout de cette enquête qui va s’avérer très dangereuse. Les conditions climatiques sont épouvantables, les trafiquants sont pugnaces et violents, la police fédérale semble infiltrée par les truands et la santé de Jacinthe s’altère… Que des ingrédients pour rendre cette enquête difficile à mener par le duo du SPVM. A l’arrivée, beaucoup d’action, de beaux moments de tendresse et d’humanité et un si délicieux accent québécois. Bref tout pour passer un très bon moment de lecture. Coup de cœur pour moi, à vous de voir !

 

 

 

« – Yo, Lessard, y a déjà la moitié de la planète en psychose existentielle…

Le système de communication intégré de leurs casques leur permettait de parler seulement entre eux, sur leur propre canal.

– … fait qu’arrête de babouner, s’il te plaît. OK ?

Elle prit une grande inspiration et la relâcha par la bouche avec la contenance d’une professionnelle de la méditation.

– Fais comme moi. Moins d’attitude, plus d’altitude.

Victor remâcha son agacement, acquiesça pour la forme, paupières closes, sachant qu’une autre salve se préparait. Un sourire crasse à la commissure des lèvres, sa meilleure amie gloussa.

– Tu pensais quand même pas que matante Jacinthe allait te laisser monter dans le Nord tout seul ? Eille, je t’ai quasiment changé de couche, garçon…

Mâchoires contractées, il la fusilla du regard.

– Je peux pas croire que je t’ai laissée embarquer. T’avais juste cinq minutes à attendre pis tu la voyais, la médecin !

– C’est toi qui as insisté pour qu’on aille au maudit rendez-vous, aussi! Moi, je te l’ai dit que je voulais pas, mais fallait que monsieur décide de tout prendre en charge!

Victor se dégonfla brusquement, afficha un air contrit.

– Peut-être que j’aurais pas dû insister autant, mais je veux juste ton bien…

Jacinthe lui sourit avec tendresse. »

 

 

Lien vers la fiche du livre sur Babélio

https://www.babelio.com/livres/Michaud-Jusquau-dernier-cri/1364988

 

Note sur Babélio : 3/5 (1 note) – Ma note : 5/5

 

 

 

« En esquissant à gros traits l’histoire de Nadja pour réconforter Ruthshelle, Jacinthe omettait de parler des séquelles psychologiques qui hantaient encore celle-ci.

Comprenant l’intention, Victor approuva.

– Peu importe ce que Coleman me veut, on règle ça au plus vite pour que tu puisses aller rejoindre Oscar à l’hôpital.

Jacinthe mit sa main droite dans sa poche, pour la soustraire à leurs yeux. Mais le tremblement qui l’affectait n’avait échappé à personne.

– Qu’est-ce tu fais encore icitte à jaser ? Grouille, mon homme ! Faut que les bottines suivent les babines. Go !

Victor se leva alors que l’enquêtrice de la GRC achevait de les renseigner sur les antécédents de Coleman. »

 

 

L’auteur : Martin Michaud

Martin Michaud, né le 5 avril 1970, à Québec, est un écrivain, musicien, et scénariste québécois, auteur de thriller et de roman policier.

Né en 1970, et établi à Montréal, il a longuement pratiqué le métier d’avocat d’affaires avant de se consacrer pleinement à l’écriture. Qualifié par la critique de « maître du thriller québécois », il voit son travail comparé à celui des auteurs internationaux Michael Connelly, Jo Nesbo, Fred Vargas, Harlan Coben, Ian Rankin et Henning Mankell.

Ses quatre premiers polars obtiennent un succès fulgurant, lui valent cinq prix littéraires et d’être reconnu comme le nouveau chef de file des écrivains de romans policiers québécois. Au cœur de ceux-ci, on trouve Victor Lessard, enquêteur du SPVM tourmenté, rebelle, mais hautement moral.

En parallèle de ses activités de romancier, Michaud adapte ses œuvres pour la télé. Les droits de son roman « Sous la surface » ont été acquis par un producteur pour le cinéma américain.

En 2001, il fonde m-jeanne, un groupe de rock francophone, dont il est guitariste, chanteur et parolier jusqu’à sa dissolution en 2007. Ses romans sont d’ailleurs parsemés de références à des morceaux ou artistes qu’il aime.

 

 

 

« Quoi qu’il en soit, la femme qu’il aimait de toute sa fibre, celle avec qui il pensait vieillir, coupait à présent chaque fil qui la reliait à lui. Mais la blessure se refermerait peu à peu, et Victor savait qu’il en arriverait tôt ou tard à l’étape de l’acceptation. Il avait d’ailleurs lui-même beaucoup changé durant cette période, en avait profité pour faire le point sur sa vie. Et même si ses traumatismes le rattrapaient parfois, il apprenait chaque jour davantage à faire la paix avec eux. »

 

 

 

« L’enquêtrice de la GRC regarda le Dodge Charger disparaître dans la tempête, puis se laissa choir dans le siège du passager de la voiture de patrouille de la SQ. Le policier derrière le volant, un Afro-américain dans la trentaine à la charpente robuste, l’accueillit avec une moue perplexe.

– Je comprends toujours pas pourquoi tu leur fais confiance à ce point-là. C’est ta carrière que tu risques.

Loin dans ses pensées, Ruthshelle répondit à voix basse.

– Parce que je sais reconnaître un homme prêt à tout pour honorer sa parole quand j’en croise un. C’est rare, ça, tu le sais…

Touché par l’allusion, le jeune policier baissa la tête, l’air contrit.

– J’avais huit ans, toi quinze… Tout le monde a droit à une deuxième chance sinon quand est-ce que ça s’arrête ?

– Ça s’arrête jamais, Ed. Quand tu sais que tu les tiendras pas, tu fais pas de promesses, surtout pas à un enfant… »

 

 

 

« – Ah pis, Victor, quand t’auras fini, tu me raconteras aussi pourquoi on parle de déposer contre toi une plainte de voies de fait sur un officier fédéral ?

Jacinthe ne sut retenir sa langue plus longtemps et lui fit un clin d’œil.

– Ça, c’est de l’hostie de bullshit, Paul ! Lessard l’a juste brassé un peu, le Dick, pour le ressaisir.

Delaney soupira d’impatience.

– Ça va faire, Jacinthe. C’est à ton partner que je m’adresse, pas à toi.

Elle haussa les épaules en se tournant vers son coéquipier.

– Ton tour de piste, mon homme. »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :