Ma passion les livres

Partage de mes lectures

Blackwater, tome 6 : La pluie de Michael McDowell

« – Zaddie, regarde-nous, dit Elinor. – Madame ? – Regarde-nous bien, Zaddie, parce que c’est la dernière fois que tu nous vois rassemblés ainsi. Lilah a raison: nous mourons tous. Et il y a quelqu’un là-bas, dans le cimetière, penché sur la tombe de Mary-Love, qui tire à pile ou face pour savoir lequel d’entre nous sera le prochain. »

Résumé éditeur :

Le poids des années pèse sur le cœur du clan ­Caskey. Pourtant, comme autrefois et comme un leitmotiv cruel, des machinations surgissent et des mots qu’on n’attendait plus sont enfin prononcés. Depuis les hauteurs, résonne le chant inexorable d’une menace dont on pressent les effets dévastateurs.

Au-delà des manipulations et des rebondissements, de l’amour et de la haine, Michael McDowell (1950-1999), ­co-créateur des mythiques Beetlejuice et L’Étrange Noël de Monsieur Jack, et auteur d’une trentaine de livres, réussit avec Blackwater à bâtir une saga en six romans aussi ­addictive qu’une série Netflix, baignée d’une atmosphère unique et fascinante digne de Stephen King.

Voici le sixième et dernier épisode de Blackwater, une saga matriarcale teintée de surnaturel avec un soupçon d’horreur.

260 pages – 17/6/2022

« Peut-être n’étaient-elles que cela : deux vieilles femmes se livrant à d’éternels commérages dans la chambre isolée d’une maison vétuste, dans un coin perdu de l’Alabama. En 1958, Sister Haskew avait soixante-quatre ans et était infirme, alitée, faible, acariâtre, dépendante et exigeante. À soixante-six ans, Queenie Strickland était grosse, heureuse, débordante de vie, dévouée et pleine d’entrain. Toutes les deux étaient immensément riches, et aucune ne pensait vraiment aux fortunes qu’elles possédaient. Queenie était à la fois l’esclave et l’espionne de Sister. Queenie allait chercher et rapporter. »

Il fallait bien que ce moment arrive. Je veux parler de la fin de cette magnifique saga addictive en diable qu’est « Blackwater » de Michael McDowell. Quelle belle épopée littéraire il nous a offert avec l’histoire de la famille Caskey à Perdido doublée d’une superbe édition de Monsieur Toussaint Louverture. Gros plaisir et coup de cœur pour les 6 tomes ! Et ce dernier tome vient clore merveilleusement bien cette histoire à la touche surnaturelle indéniable qui nous fait frissonner et qui rend sa lecture si savoureuse. Il est hors de question que je vous raconte la fin de cette saga, cela en retirerait tout le sel et le piment du suspense. Sachez juste que vous ne serez pas déçu. Même si on n’a pas toutes les réponses à nos questions. Mais finalement, c’est aussi bien ainsi. Elinor, Frances, Nérita et la Perdido gardent leur part de mystère. A nous d’imaginer le monde souterrain de cette rivière sombre et indomptable. En tout cas, ce n’est pas là que j’irais piquer une tête et m’amuser dans l’eau ! Si ce n’est pas déjà fait, partez vite à Perdido, Alabama, découvrir la famille Caskey, étrange et attachante.

« Miriam balaya la tablée du regard. « Alors, fit-elle au bout d’un moment, personne ne daigne me demander avec qui ? Ce n’est pas tous les jours que j’annonce que je vais me marier, vous savez. » Tous étaient muets de stupeur. Puisque ce n’était pas Billy, qui Miriam allait-elle bien pouvoir épouser ? « Qui est-ce ? demanda enfin Queenie. Miriam, on est très heureux pour toi, qui que ça puisse être, mais…- Mais quoi ? – Mais nous n’en savions rien », intervint Oscar. Miriam haussa les épaules. « Moi non plus. Je me suis décidée à l’instant. Vous avez l’air de vouloir me marier à tout prix, alors voilà. – Tu l’as annoncé à l’homme en question ? demanda Elinor. – Pas encore. Je devrais peut-être le faire. » »

Lien vers le livre sur Babélio

https://www.babelio.com/livres/McDowell-Blackwater-tome-6–La-pluie/1413150

Note sur Babélio : 4,34/5 (110 notes) – Ma note : 5/5

« La pluie martelait la fenêtre de l’escalier à sa gauche. Sous le crépitement, Oscar crut déceler autre chose – un pas traînant, un mouvement furtif, un chuchotement. »

L’auteur : Michael McDowell

Michael McDowell (de son nom de naissance Michael McEachern McDowell) est un écrivain et scénariste américain, né le 1er juin 1950 et décédé le 27 décembre 1999 à Boston, Massachusetts.

Stephen King le décrit comme « le meilleur auteur de livres de poche aux États-Unis à ce jour ».

Il est notamment connu pour avoir écrit l’histoire et le scénario du film Beetlejuice de Tim Burton.

Michael McDowell a suivi des études à l’Université d’Harvard, et a poursuivi en doctorat en anglais à l’Université Brandeis en 1978. Sa thèse s’intitulait « Comportements américains envers la mort, 1825-1865 ». En même temps qu’il rédige sa thèse, il se rend compte qu’il ne veut pas enseigner, mais devenir écrivain. Son premier roman n’essuie que des refus, mais il se lance dans l’écriture d’un deuxième. Dans son entretien avec Douglas E. Winter, il raconte que la bande annonce de La Malédiction et L’Exorciste l’ont interrogé sur les enfants possédés, ce qui lui a donné de la matière pour l’écriture d’un autre livre.

Il soutient quand même sa thèse et obtient son doctorat, puis trouve un emploi de secrétaire et se consacre pleinement à l’écriture. Sa carrière littéraire sera réellement lancée avec « The Amulet », et il pourra vivre de son écriture à partir du début des années 1980.

McDowell était un grand collectionneur d’objets liés à la mort. Sa collection, vaste et variée, qui comprend plus de soixante-seize boîtes, incluait des objets tels que des broches mortuaires, des photographies et des plaques provenant de cercueils de nourrissons.

De janvier à juin 1983, Michael McDowell fait paraître chez Avon mois après mois une mini-série de romans autour d’une ville et d’une famille de l’Alabama : « Blackwater ». Le procédé inspirera Stephen King pour la publication de « La Ligne Verte ».

Les sources d’inspiration de Michael McDowell sont multiples. Comme Lovecraft, il imprègne son œuvre de ses racines, le lieu où il a grandi : l’Alabama.

Stephen King était un fan incontesté de Michael McDowell (qui a écrit le scénario de son film « La Peau sur les os »), tout comme Steven Spielberg, pour qui il a travaillé sur la série « Histoires fantastiques ».

McDowell a été diagnostiqué comme étant atteint du SIDA en 1994. Après son diagnostic, McDowell a enseigné l’écriture de scénarios à l’Université de Boston et à l’Université Tufts, tout en continuant à écrire des scénarios sur commande. L’un de ses derniers projets, sur lequel il travaillait au moment de sa mort, était une suite de « Beetlejuice ». Son dernier roman inachevé, « Candles Burning », a été complété par la romancière Tabitha King et publié en 2006.

McDowell est décédé le 27 décembre 1999 à Boston, Massachusetts, des suites d’une maladie liée au sida.

« Ceux qui vivaient à Perdido depuis longtemps s’émerveillèrent non tant de la splendeur des noces, les Caskey étaient riches et pouvaient s’offrir bien davantage, mais qu’ils aient simplement pris la peine d’organiser cette fête. Personne ne se rappelait la dernière fois que l’un d’entre eux s’était marié avec une quelconque réception. Leurs mariages avaient toujours été intimes, pour ne pas dire en vase clos. Et que ce soit, de tous les membres de la famille, Miriam qui ait voulu ou permis un tel faste, était la chose la plus étonnante qu’il serait donné de voir ici avant longtemps. »

« À la lueur de la lune, elle distingua la silhouette d’un homme qui marchait vers la digue. Il n’eut pas besoin de se retourner pour que Queenie puisse l’identifier. Elle connaissait cette foulée et ces bottes – des bottes qu’elle avait achetées elle-même. C’était Carl Strickland, son mari, mort depuis trente ans, noyé dans les eaux noires de la Perdido. »

« – Oui, je suppose qu’on est quittes. Tu te rends compte, maman ? Il aura fallu trente-neuf ans pour que je te pardonne. » Elinor ne dit rien, se contentant de siroter son café. Pour la première fois de sa vie, Miriam venait de l’appeler « maman ». »

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :