Ma passion les livres

Partage de mes lectures

La danse des étoiles de Spider et Jeanne Robinson

la danse des étoiles

« Pour que tu donnes à ta propre sœur une pareille occasion de se distinguer, elle doit être sensationnelle.
— Charlie, elle l’est, dit simplement Norrey.
— On verra. Comment elle s’appelle, déjà ?
— Shara.
Norrey la désigna du doigt, et je compris le reste. Shara Drummond était de dix ans plus jeune que sa sœur – et plus grande de dix-huit bons centimètres, avec quinze ou dix-huit kilos en plus. Je remarquai distraitement qu’elle était formidablement belle, mais ça n’atténua en rien mon ahurissement – dans ses meilleures années Sophia Loren n’aurait pas pu devenir danseuse moderne. Où Norrey était petite, Shara était grande, et où Norrey était grande, Shara était encore plus grande. Si je l’avais vue dans la rue j’aurais peut-être sifflé.
Mais au studio je me rembrunis.
— Mon Dieu, Norrey, elle est énorme.
— Le deuxième mari de ma mère était un joueur de football américain, dit-elle d’un ton lugubre. Elle est formidable.
— Si elle l’est vraiment, c’est affreux. Pauvre fille. Eh bien, qu’est-ce que tu veux que je fasse ?
— Qu’est-ce qui te fait croire que je veux que tu fasses quelque chose ?
— Tu es toujours là.
— Oh. Il me semble que oui. Eh bien… tu déjeunerais avec nous Charlie ?
— Pourquoi ?
Je savais parfaitement pourquoi, mais je ne m’attendais pas à un mensonge poli. Ce n’était pas le genre de Norrey Drummond.
— Parce que vous avez quelque chose en commun, il me semble, vous deux.
Je fis à sa franchise l’hommage de ne pas sourciller.
— Je suppose que oui ».

1146591_632442276790373_1634417746_n

La lecture du résumé de « La danse des étoiles » m’a donné envie de le lire pour plusieurs raisons… la différence, ne pas être dans le moule, combattre contre cet état de fait injuste et cruel… la danse pour plusieurs raisons aussi… j’aime danser moi-même mais des problèmes de santé font que je ne peux plus danser, un regret que j’aurai jusqu’à la fin de ma vie (résonnance ici avec deux personnages de ce roman) et aussi découverte il y a quelques années de la danse classique, de ses joies mais aussi de ses contraintes énormes via deux personnes que j’aime énormément… bref, ce livre me parlait déjà avant que je ne le lise… bon par ailleurs, les étoiles, l’espace ne me font pas rêver, j’avoue… l’espace me ferait plutôt peur…. je me retrouve donc aussi dans certains autres personnages du livre.
Bref belle envie suscitée par l’opération Masse Critique de Babélio que je tiens encore à remercier ici pour tout ce qu’ils font pour la lecture et les lecteurs et les éditions Actusf qui ont eu la gentillesse de me l’envoyer.
Globalement j’ai beaucoup aimé ce livre, même si à certains moments je me suis sentie un peu « larguée » et qu’à ces moments là j’ai trouvé le temps un peu long… mais les auteurs sont très fins, très vite ils relançaient l’histoire et j’étais repartie à fond dans cette danse des étoiles.
Un peu « larguée » ? Je m’explique. Parfois je ne connaissais absolument pas les termes employés que ce soit en danse et donc je ne pouvais pas visualiser comme je voulais ou alors en ce qui concernaient certains aspects de l’espace, de la gravité, etc.
Cependant, il faut dire que ce n’est qu’anecdotique car on s’attache à Charlie, ancien excellent danseur, dont la carrière a été stoppée par un accident à une hanche et qui se contente désormais de filmer la danse, les chorégraphies, les spectacles. C’est lui le narrateur… il nous parle de Shara Drummond et de son travail qu’il réalise avec elle et de ses relations compliquées avec elle (un amour à sens unique)… Shara est une excellente danseuse et une très belle jeune femme… elle a juste un peu trop de formes et est un peu trop grande pour rentrer dans le moule exigeant et stricte de la danse, ce monde assez impitoyable… Shara et Charlie vont inventer une nouvelle forme de danse pour elle… la danse dans le vide, dans l’espace. C’est un livre qui se passe dans le futur et il frise avec la science-fiction. Ainsi les personnages iront jusqu’à Titan, l’un des satellites de Saturne et…. mais je ne vous dévoile rien de la suite, ce serait dommage de gâcher les surprises et l’intrigue de l’histoire.
Ce roman est avant tout un livre humaniste sur la réalité de la condition humaine, sur le courage, sur le choix d’essayer de réaliser ses rêves ou plutôt ce que l’on pressent comme essentiel à sa vie, sur le surpassement de soi… et aussi sur l’amour, l’amitié et bien au-delà.
L’histoire se découpe en deux : la première partie est consacrée à la vie de Shara jusqu’à la réalisation de sa danse des étoiles dans un but ultime de s’exprimer enfin complètement et d’entrer en relation avec des êtres venus de l’espace qui menacent peut-être l’humanité toute entière.
La seconde partie est celle de l’après, de Charlie sans Shara… de Charlie avec Norey (la sœur de Shara, elle aussi danseuse) dont il est amoureux, de sa compagnie de danse dans l’espace, de sa nouvelle « famille » si particulière… dans l’espace, de la vie même dans l’espace, de l’avenir de l’Humanité, de la Terre et bien plus encore.
Cela m’est difficile de vous en dire plus, car cela dévoilerait trop l’intrigue et le charme et le suspens de cette histoire. La dernière partie se lit d’une traite tant on veut savoir comment cela va se terminer. A vous de le lire pour le savoir.
Un très bon livre que je recommande vivement !
En plus, la page de couverture est superbe !

« — Mmm. (De pire en pire. Supposez qu’Einstein ait été aphasique…) Vous n’auriez pas pu être une danseuse infecte ?
Ça aurait simplement été une ironie du sort. Ça… (je désignai la bande) c’est de la grande tragédie.
— N’allez-vous pas me dire que je peux toujours danser pour moi seule ?
— Non. Ce serait pire pour vous que de ne pas danser du tout.
— Bon Dieu, vous êtes un sensitif. Ou bien suis-je si facile à percer à jour ?
Je haussai les épaules ».

actusf

Résumé éditeur :
Parce qu’elle était trop grande et parce qu’elle avait trop de formes, Shara Drummond, malgré son talent, ne correspondait pas aux standards de la danse moderne, lui interdisant de faire carrière… sur Terre.
Mais dans l’espace, libérée de la gravité, tout est de nouveau possible, quitte à réinventer sa discipline et devenir la première à danser en chute libre.
Et quand les extraterrestres sont apparus dans le Système solaire, c’est elle qui nous a sauvés.
Moi, Charles Armstead, son opérateur vidéo, son ami, j’étais là quand elle effectua sa Danse des étoiles. J’ai tout enregistré.

Spider Robinson est un auteur américain. Écrite à quatre mains avec sa femme, Jeanne – danseuse et chorégraphe – La Danse des étoiles est une œuvre bouleversante et humaniste, qui fut couronnée à sa sortie en 1977 des prix Hugo, Locus et Nebula.

« Les larmes sont gênantes en chute libre – elles ne vont pas nulle part, elles forment comme des lentilles de contact sphériques qui se dilatent absurdement et dans lesquelles le monde nage. Je progressai à la force des bras sur la surface de la sphère intérieure en direction de l’emplacement de caméra sur lequel je travaillais, et Shara pénétra dans la sphère pour commencer à répéter.
Je priai tout en installant mon matériel, faisant serpenter des câbles parmi les étrésillons et les reliant à des terminaux flottants. Pour la première fois depuis des années je priai, je priai pour que Shara y arrive. Pour que nous y arrivions tous les deux ».

url

Lien vers la fiche du livre sur Babélio
http://www.babelio.com/livres/Robinson-La-danse-des-etoiles/36407

« – Toute cette saleté d’Anneau est pleine d’écoutes, Charlie. Le pupitre de mon bureau peut activer et capter tous les vidéophones de Skyfac. Quatre à la fois en fait.
Je ne dis rien.
– Je vous ai vu tous les deux dans le sas, la dernière fois que vous êtes revenus. Je l’ai vue qui s’effondrait. Je vous ai vu la ranimer. Je l’ai entendue vous faire promettre de ne pas prévenir le docteur Panzella.
J’attendis. L’espoir palpitait. Il s’essuya le visage.
– Je suis venu ici pour vous dire que j’allais chez Panzella, lui dire ce que j’ai vu. Il sauterait sur Carrington pour qu’il la renvoie tout de suite.
– Et maintenant ? dis-je.
– J’ai vu la bande.
– Et vous savez que la Danse des Etoiles la tuera probablement ?
– Oui.
– Et vous savez que nous devons la laisser faire ?
– Oui.
L’espoir mourut. Je hochai la tête.
– Alors sortez d’ici et laissez-moi travailler.
Il partit ».

« Shara Drummond… elle fut vraiment une Isadora à l’échelle du cosmos. Laissez-moi vous parler d’elle.
Elle ne pouvait devenir danseuse professionnelle sur terre : trop grande, trop charnelle, selon les normes de l’époque. Mais il n’en allait pas de même en gravité zéro. Et Shara, d’un trait de génie, a tout changé.
Moi, Charles Armstead, j’ai été son opérateur vidéo. J’étais avec elle le jour où elle a débarqué sur Skyfac, décidée à jouer sa vie sur un rêve : danser en chute libre, dans l’immensité de l’espace. Elle fut la première de sa race. Et le jour où une autre race apparut, venue d’ailleurs, sa chorégraphie fut notre seul langage et notre bouclier.
Bien sûr, j’ai vu La Danse des Étoiles. J’étais là. Je l’ai enregistrée.
Vous ne verrez jamais rien de pareil ».

« Ecoutez, bande de crétins, dis-je en y mettant ce que j’avais de mieux, c’est pour toujours. Vous ne ferez plus jamais de ski, vous ne nagerez plus jamais, vous ne vous promènerez plus jamais sous une pesanteur aussi faible que celle de la Lune. Vous ne pourrez plus jamais chier sans assistance technique.
– Et sur Terre où peut-on chier sans assistance technique aujourd’hui ? demanda Linda.
– Allez, aboyai-je, ne faites pas les marioles, réfléchissez-y. Est-ce que je dois rentrer dans les détails personnels ? Harry… Raoul…. Avec combien de femmes vous imaginez-vous pouvoir avoir de rendez-vous dans l’espace ? Combien d’entre elles laisseraient tout un monde derrière elles pour rester avec vous ? Soyons sérieux maintenant. Linda… Tom… avez-vous la moindre preuve qui permette de penser qu’un accouchement est possible en chute libre ? Est-ce que vous voulez parier deux vies ? Ou bien avez-vous prévu d’opter pour la stérilisation ? Cessez de parler comme des héros de bandes dessinées et écoutez-moi non de Dieu ».

« Surtout, ce furent son amour et sa tendresse qui désenchevêtrèrent tous les nœuds de l’âme troublée de Tom. Son amour était si visiblement authentique et sincère qu’il força Tom à le prendre tel quel, et en conséquence, le força à s’aimer lui-même un peu plus –c’est tout ce dont quiconque a besoin pour se détendre. S’ouvrir à un autre vous libère au moins momentanément de toute la cuirasse que vous tramer et votre humeur s’améliore immanquablement. Parfois vous décidez de mettre la cuirasse au rebut ».

2 commentaires sur “La danse des étoiles de Spider et Jeanne Robinson

  1. pachrimaco
    25 mai 2015

    bonne nuit ma Véro .. je vais rejoindre les étoiles moi aussi !! bizz

    J'aime

  2. Pingback: La Danse des étoiles - Jeanne et Spider Robinson - RSF Blog

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Information

Cette entrée a été publiée le 24 mai 2015 par dans Masse critique Babélio, science-fiction, et est taguée , , , , , , , , .

je lis

%d blogueurs aiment cette page :